2) L'intelligence artificielle

Origine

     

 

 

    Les premières apparitions d'une envie de concevoir un être artificiel doté d'une intelligence remontent aux mythes et aux légendes de l'Antiquité.

     

 

    Par exemple, dans l'Iliade d'Homère, Héphaïstos, le dieu du feu chargé de la métallurgie, conçoit des femmes faites d'or qui peuvent parler ou encore travailler ; agir comme un humain. On trouve aussi dans la religion juive un « robot » de bois ou d'argile ayant une apparence humaine et appelé le Golem. [3]

Golem
 

Représentation du Golem et d'un rabbin

 → Source

 

 

    Il faut attendre les années 1940 pour que de véritables projets de recherches sur l'intelligence artificielle se mettent en place. Deux scientifiques, Walter Pitts et Warren McCulloch, parviennent à modéliser des neurones artificiels. En 1950, Alan Turing publie un article dans lequel il exprime l'idée que les machines puissent posséder une intelligence humaine. Il y introduit également le fameux Test de Turing qui consiste à faire imiter une conversation entre humains par une machine. Quelques années plus tard, Marvin Lee Minsky, un jeune étudiant inspiré de tous ces travaux se lance dans la conception d'un réseau entier de neurones artificiels.

 

 

    L'expression « intelligence artificielle » est créée lors du congrès de Dartmouth en 1956. Le congrès dura deux mois et était dirigé par John McCarthy et Marvin Lee Minsky. Un domaine de recherche fut établi et les fondements de l'intelligence artificielle furent posés. Cela permit d'enclencher de nombreuses recherches dans ce domaine qui a évolué assez rapidement. [3] [4] [5]

 

 

Définition

 

 

    L'intelligence artificielle est une notion assez complexe qui englobe deux mots clés : « intelligence » et « artificielle ».

 

 

    Le concept d'intelligence est relativement compliqué et s'étend sur différents domaines. Pour le définir de manière simple et générale, on peut dire que c'est l'ensemble des facultés mentales permettant de résoudre des problèmes de façon rationnelle et de s'adapter à son environnement. On entend par « facultés mentales » des notions comme la compréhension, le raisonnement, le dialogue, l'adaptation, la mémoire ou encore l'apprentissage.

 

 

    On qualifie un élément d'« artificiel » s'il a été conçu par l'homme. Étant donné que l'on utilise des systèmes informatiques et électroniques pour reproduire une intelligence, cette dernière est donc bien artificielle.

 

     

    Ainsi, en mêlant ces deux termes, on obtient une définition qui se rapproche de celle de Marvin Lee Minsky ; il définit l'intelligence artificielle par « la construction de programmes informatiques qui s'adonnent à des tâches qui sont, pour l'instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que l'apprentissage perceptuel, l'organisation de la mémoire et le raisonnement critique ».

 

 

    Il faut noter que la définition de l'intelligence artificielle peut varier. En effet, elle se décline en plusieurs domaines d'applications qui, chacun de manières différentes, introduisent plus ou moins l'apparence « humaine » de l'intelligence, c'est à dire, imprévisible et instinctive, ainsi qu'un type idéal de l'intelligence souvent appelé la « rationalité ». [3] [4] [5]

 

 

Domaines d'application

 

    De nos jours, on utilise l'intelligence artificielle dans plusieurs domaines de notre quotidien et, plus précisement, en médecine, dans le secteur militaire et dans le monde des jeux.

 

 

    Dans les domaines médical et militaire, le développement de la robotique laisse place à de multiples innovations technologiques.

 

 

 

Domaine médical

 

 

    Lorsqu'un individu manifeste des signes physiques et ou mentaux anormaux appelés des symptômes, il se dirige vers un médecin afin que celui-ci pose un diagnostic. Cependant, il existe des milliers de pathologies différentes et ce n'est pas toujours évident de trouver celle qui atteint le patient. C'est pourquoi des scientifiques ont mis au point des machines capables d'effectuer un diagnostic en étant plus précis et plus pertinent qu'un médecin.

 

 

    Les premières d'entre elles ont été réalisées dans les années 1970 mais n'ont jamais été commercialisées. Ces machines fonctionnent grâce à des systèmes experts et à des programmes de traitement du langage naturel. Des progrès se font en permanence et des logiciels de plus en plus efficaces apparaissent au fil des années. [7]

Graphique montrant l'efficacité et le prix du diagnostic par un robot ( en bleu ) et par un médecin ( en rouge )

Source

 

Domaine militaire

 

 

    L'évolution de la robotique se ressent également dans le domaine militaire. Les célèbres drones de reconnaissance et de combat existent déjà depuis plusieurs années. On peut distinguer les drones programmés à l'avance et ceux qui sont dotés d'une véritable intelligence artificielle afin de réagir en fonction de leur environnement. Ces derniers ne sont pas encore tout à fait au point et nécessitent encore des améliorations. Désormais, aux États-Unis, les écoles militaires privilégient la formation d'opérateurs de drones plutôt que de pilotes de chasse.

 

     

Drone de combat américain X-45C

Source

 

    L'envoi d'un drone dans un espace de conflits permet effectivement de ne pas engager de vies humaines. Malgré tout, lors des missions de combat, la reconnaissance des cibles n'est pas toujours évidente et durant les dernières missions achevées, on relate les décès de civils. De plus, les risques de mauvaise programmation ou même de piratage du système sont présents et auraient des conséquences désastreuses. D'autres types de robots autonomes sont en cours d'élaboration, notamment des robots de transports et des sentinelles. [8]

 

BigDog : robot américain de transport de chargement

Source

 

 

Monde du jeu

 

 

    La présence de l'intelligence artificielle dans le monde du jeu remonte aux prémices de l'IA elle-même. On retrouve la création d’ordinateurs aptes à jouer aux jeux de Dames et d’Échecs dès 1960. C'est en 1997 qu'un superordinateur connu sous le nom de « Deep Blue » et développé par IBM parvient à s'imposer dans le jeu d’échecs. Il bat le champion du monde en titre Garry Kasparov.

 

 

    En parallèle, se développe un nouveau type de jeu : le jeu vidéo. A partir de 1990, l'IA connaît un réel essor dans les jeux vidéos. Dans la plupart d'entre eux, le joueur peut contrôler une ou plusieurs entités mais c'est l'IA qui a la supervision de tous les autres éléments du jeu, personnages et environnement. Le but des développeurs est que cette IA soit la plus performante possible ; dans les jeux de simulation, elle doit adopter au mieux un comportement réaliste, et, dans les jeux plutôt d'action, d'aventure, de rôles ou encore de stratégie, son rôle et sa forme sont plus spécifiques selon le jeu en question. [9]

 

×