2) Le projet de la voiture autonome

    Suite à de longues recherches opérées par plusieurs constructeurs automobiles et par des scientifiques, le projet d'une voiture entièrement autonome s'est doucement établit ; on parle d'une possible commercialisation pour les années 2020. Elle serait capable de rouler en autonomie sans l’intervention d’un chauffeur. Elle serait autonome sur tous types d’environnement : autoroutes, routes de campagne, agglomérations…  L’utilisateur pourrait donc se permettre d’être totalement déconcentré de la conduite et pourrait convertir le temps perdu dans le trajet en temps de travail, de divertissement ou de repos.

Source

→ Cette vidéo a été produite par la société Google. Elle a pour but de montrer les réactions de différentes personnes lors de leurs premiers contacts avec le prototype Google car. Certaines de ces personnes sont malvoyantes ou aveugles. Ensuite, le directeur du projet explique comment elle fonctionne.

 

    Comme dit précédemment, environ 90% des accidents de la route sont causés par des erreurs commises par l’homme. Or, si le véhicule ne dépend plus de l’homme mais d’un ordinateur, le risque d’accident devrait diminuer. Comme l’ordinateur prend les décisions, rien n’est laissé au hasard et les choix sont les plus judicieux. De plus, les calculs seront effectués très rapidement, permettant ainsi un temps de réaction minimal. Cependant, le facteur humain étant supprimé, il n'y aurait plus que des risques de dysfonctionnements techniques et mécaniques qui pourraient engendrer des accidents. 

 

    La difficulté de stationner en ville serait à l’origine d’environ 20% des embouteillages urbains et provoque un grand stress chez les automobilistes, ce qui les rend moins attentifs à leur conduite. C’est pourquoi les constructeurs automobiles ont eu pour projet de connecter les voitures à leur environnement. Le système de stationnement autonome est un des premiers pas faits vers la voiture autonome ; il permet de trouver une place instantanément, grâce aux informations envoyer par les infrastructures routières environnantes, ainsi que de laisser son véhicule se garer automatiquement. Ensuite, il suffit d’appeler la voiture,  grâce à une application sur Smartphone, pour qu’elle vienne chercher le conducteur. [12] [13] [14] [15] [16]

 

    Il y a quelques années, l’entreprise Google  a lancé le projet de développer et de commercialiser une voiture totalement autonome. Ce projet a débuté grâce à des Toyota Prius doté de plusieurs types de capteurs et de caméras. Ces prototypes ont déjà parcouru de nombreux kilomètres sur les routes américaines.
 

Source

Représentation du LIDAR et de l'image prise par celui-ci.

    

    Pour que cette voiture puisse rouler en autonomie, il suffit de faire le trajet une première fois en conduite manuelle pour que le LIDAR ( Laser Imaging Detection And Ranging ) puisse cartographier la route.  Le lidar est une caméra laser qui permet de cartographier l’environnement en 3D. Il fonctionne presque de la même manière que le sonar ou le radar. Il envoie des rayonnements lasers, contrairement aux radars et aux sonars qui envoient des ultrasons,  afin qu’ils percutent un objet et se réfléchissent vers un récepteur. Suite à cela, les données enregistrées par le récepteur sont envoyées à l’ordinateur embarqué. Celui-ci met bout à bout les répercutions des radiations lumineuses du domaine des infrarouges, pour former une image. Cet appareil a la capacité d’effectuer dix rotations sur lui-même en une seconde. Cela permet de fournir la vision 3D sur 360° instantanément. Cette pièce du véhicule se situe sur le toit et est la pièce maîtresse de l'autonomie de la voiture. Par la suite, le système embarqué compare les images de la première conduite avec celles de la suivante afin de détecter les véhicules présents sur la route ainsi que les éléments environnants. [12] [13] [14] [15] [16]

 

 

Schemagenerallidarpng
 
                     Source
     Représentation du système LIDAR
 
 
    Pour se repérer dans l’espace, la voiture est équipée d’un GPS et d’un odomètre (qui permet de mesurer la distance parcourue) et d’une centrale inertielle. Grâce à ces trois systèmes combinés, la précision de localisation de véhicule est de 2 cm. Enfin, la voiture est équipée de caméras et de radars pour détecter avec précision les autres véhicules.  
 
    Pour lire les panneaux de signalisation, une caméra est installée sur le devant du pare brise, sous le rétroviseur. Toutefois, ce système est limité car, en temps de pluie ou en cas de coucher de soleil, les panneaux peuvent être mal interprétés par le système embarqué à cause des reflets ou de la déformation de l’image due aux gouttes de pluie.
 
    L’ordinateur de conduite traite toutes les données et permet une autonomie totale à la voiture. 
 
    Pour faciliter le traitement de données au système d’exploitation de la voiture, il est connecté tout d’abord avec les autres véhicules et ensuite avec les infrastructures routières. 
 
    Les voitures sont connectées grâce à un système radio haute fréquence et grâce à une connexion WLAN. Ainsi, elles peuvent partager leurs données de conduite et leurs destinations pour se coordonner entre elles. 
 
    La voiture communique aussi avec son environnement afin d’être connectée à internet et pour recevoir des données publicitaires et les informations du trafic routier. Ce moyen de communication permet aux voitures d’être renseignées en direct sur toute chose pouvant perturber la conduite ou bien informer le conducteur et donc d’éviter les embouteillages ou les endroits à risques. [12] [13] [14] [15] [16]
 
 5 trend body 2 vf

Source

Image modifée : traduction en français et modifications

Cette image permet de visualiser la repartions des éléments qui permettent l'autonomie de la voiture.